A la rencontre des migrants…

Dans le cadre de l’opération Femmes de paix, les élèves de 5e de Mme Moudart, professeur de français, ont rencontré nos élèves migrants, mineurs non accompagnés, qui suivent un enseignement adapté au collège.

 Qu’est-ce-que l’opération Femmes de Paix ? C’est à l’initiative de Mme Moudart et de l’association Mères pour la Paix que ce projet fut mis en place. Les élèves travaillent et réfléchissent sur le monde actuel, sur le droit des femmes, des enfants, la situation des migrants…Ils présenteront leur projet sur une Femme de Paix, Habiba Sarabi : Habiba Sarabi, née en 1956 à Mazar-i-Sharif, est une hématologue et femme politique afghane. Ancienne ministre des Affaires féminines, elle est gouverneure de la province de Bamyian depuis 2005. Elle est la première, et la seule, femme gouverneur d’Afghanistan.

 

Nos élèves en feront un portrait, sous forme d’exposé, de chanson, de poème, de texte théâtral… et ils le présenteront le 14 mars 2019, à la Rose des Vents de Villeneuve d’Ascq, devant les autres classes de collèges ayant participé au projet.

 C’est donc dans ce cadre qu’a eu lieu la rencontre entre nos élèves et les jeunes migrants. La séance a commencé par un tour de table, où chacun s’est présenté.

Les jeunes migrants viennent de Guinée, du Liberia, du Cameroun, d’Albanie, du Pakistan, du Tchad, du Mali...Ils ont une quinzaine d’années. Certains ont mis des années pour faire ce long voyage vers la France, d’autres ont même été emprisonnés.

 La raison principale évoquée pour s’être lancé dans ce long périple : avoir accès à l’éducation, la santé, les soins, avoir une vie meilleure, puis avoir du travail pour subvenir aux besoins de leurs familles. Certains envisagent de retourner ensuite dans leur pays, d’autres non.

 Nos élèves ont posé des questions sur leur vie dans leur pays, l’accueil qui leur est réservé, comment ils trouvent leur nouvelle vie.. Ce qui les étonne le plus les jeunes migrants : les relations enfant-adulte, où les enfants se permettent beaucoup de liberté de langage avec les adultes. Dans les pays d’Afrique, les enfants n’ont pas le droit à la parole…

 Grâce à cet échange très riche, nos élèves ont pu se rendre compte de leur chance, celle de vivre dans un pays qui leur offre beaucoup de possibilités d’épanouissement, et celle d’aller à l’école…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

99 − 98 =